Vous êtes ici : Accueil > Administration > Le projet d’établissement > Le projet d’établissement du collège (2010-2015)
Publié : 1er septembre 2010

Le projet d’établissement du collège (2010-2015)

Objectif principal : promouvoir la réussites des élèves

Le projet d’établissement se décline suivant les quatre objectifs spécifiques suivants.

Quatre objectifs spécifiques :

Préambule

Le document qui suit constitue l’ossature du projet d’établissement.

Volontairement succinct, il permet une prise de connaissance globale aisée de l’ensemble du projet et des actions qui le constituent.

Sur le site du collège, ces différentes actions seront développées plus précisément au fur et à mesure, par lien « hypertexte ». Elles pourront ainsi être légèrement modifiées et complétées au cours de leur mise en oeuvre

Introduction au projet d’établissement

Collège P.Eluard (années 2010 – 2015)

Le précédent projet d’établissement couvrait les années 2005 – 2010. Ces quelques lignes permettent d’en faire un très rapide bilan et expliquent l’évolution envisagée pour les prochaines années.

1.Principales évolutions depuis le dernier projet :

Le collège est maintenant complètement installé dans ses nouveaux locaux, qui se révèlent pleinement satisfaisants pour le fonctionnement quotidien, même si le souhait de voir s’améliorer le gymnase voisin est très évident.

Le principal changement concerne la modification de la sectorisation liée à l’ouverture du collège de Villemandeur, il y a trois ans. Cela a eu deux conséquences : le nombre d’élèves diminue progressivement pour se stabiliser semble-t-il maintenant au tour de 675. Les catégories socio-professionnelles sont encore un peu plus qu’auparavant majoritairement défavorisées.(66,6% en 2005, 70,6% en 2009)

2.Caractéristiques de la population accueillie :

P.Eluard département académie
PCS défavorisées 70,6 % 39,9 % 38,9%
Boursiers 55,1 % 22,7 % 22,6 %
Retard > 1 an en 6ème 20,7 % 15,1% 13,7 %

Par ailleurs, 22,5 % des élève se déclarent étrangers (dont 12,5% se déclarant Turcs, 4,5% Africains du Nord, 2% d’Afrique centrale), 21 nations étant représentées en tout.

Les élèves du collège P.Eluard sont domiciliés dans 43 communes différentes (grand éparpillement des élèves de SEGPA). Mais les parents sont domiciliés à Chalette pour 52%, à Pannes pour 20%, et Montargis pour 9%. Toutes les autres communes envoient moins de 5%.des élèves.

3.Parcours, examens, résultats :

Le taux d’accès de la 6ème à la 3ème varie sur les cinq dernières années de 84 à 91 %, le taux « attendu base académique » se situant autour de 70%. Cela signifie que le collège garde ses élèves tout au long de leur scolarité.

En ce qui concerne le DNB, la réussite est inférieure sur les 3 dernières années de 8 à 12 % par rapport à la moyenne départementale. (Légèrement supérieur à la moyenne des ZEP)

Le taux de passage en 2nde GT effectivement observé (qui est différent du taux de décisions) est selon les années égal ou supérieur (jusqu’à 6%) au taux attendu. (Ce qui représente une réelle plus-value). Il reste cependant inférieur de 4 à 11% au taux moyen.

La réussite des anciens élèves en 2GT est satisfaisante : en 2005, 25,8% des anciens élèves ont redoublé leur seconde ou ont été réorientés vers une 2nde Pro (8% de plus que la moyenne), mais ce chiffre a baissé constamment (20% en 2006, contre 18.8% ; 15.1% en 2007 contre 16.9% ; 4% en 2008 contre 14.4%). Cette remarquable progression peut même être lue comme un excès de sélectivité dans certains cas. Les taux de passage en 2nde scientifiques se situent chaque année autour de 30%, c’est-à-dire dans la moyenne.

Redoublements et retards supérieurs ou égaux à 2 ans diminuent progressivement tout en restant un peu supérieurs aux moyennes académiques : en 2005, 7,7% des élèves étaient redoublants (moyenne académique 5,7%) et 9% avaient 2 ans de retard (contre 3,8%) ; en 2009 4,2% redoublent (= taux académique) et 3,2% sont en retard de 2 ans (contre 1,9%)

4.Enseignants :

Les enseignants sont restés en nombre constant (56 en 2005, 57 en 2009), mais sont en moyenne de plus en plus jeunes (39% de plus de 40 ans en 2005, 29% en 2009) et ont une ancienneté de moins en moins importante dans l’établissement : 21.7% seulement ont plus de 8 ans d’ancienneté à P.Eluard (moyenne académique : 43.2%) ; ils étaient 27 % en 2006.

En conclusion, on peut affirmer que les objectifs du précédent projet ont été en grande partie atteints : la réussite des élèves s’est un peu améliorée, l’image de l’établissement, même si elle reste fragile, est elle aussi moins négative. En revanche, compte tenu de la persistance des particularités des élèves accueillis au collège P.Eluard, tout ce qui concerne la motivation des élèves à réussir leurs études, leur désir de poursuivre une formation longue, leur difficulté à bien s’insérer dans la société, mérite incontestablement la poursuite des efforts entrepris. C’est l’objectif du présent projet d’établissement.

Ce document, répondant aussi aux exigence de la contractualisation avec les autorités académiques datant de deux ans, a été élaboré par la concertation : le conseil pédagogique a traité les différents points successivement d’octobre à mars, deux demi-journées de concertation ont permis à tous les personnels de travailler sur ce projet, ainsi que trois réunions de travail en groupe réunies au deuxième trimestre de cette année scolaire.

Le conseil d’administration est appelé à délibérer sur ce document fin juin 2010.

Axe 1 : Mettre en œuvre une pédagogie qui permette à chacun de progresser dans l’acquisition de ses compétences.

1.aider les élèves, dès la sixième, à acquérir de bonnes méthodes de travail a.donner au professeur principal une heure hebdomadaire pour cela avec sa classe (découverte du collège et de la diversité des disciplines, tenue de l’agenda, gestion des affaires scolaires, organisation du temps de travail personnel, méthodologie pour l’apprentissage de leçons, la réalisation d’exercices…) b.accueillir les parents de sixième dès les premiers jours de la rentrée par les équipes pédagogiques et éducatives, pour bien préciser les attentes et les moyens de liaison. c.Présenter dans les écoles qui le souhaitent le collège aux parents par l’équipe de direction, d’éducation et par le coordonnateur réseau d.Prévoir 2 ou 3 semaines d’école ouverte s’adressant aux élèves de CM2 durant les vacances d’été, associant activités pédagogiques et de loisirs pour aider les futurs collégiens à se familiariser avec le collège. e.Dynamiser les liaisons école/collège, en prévoyant sur l’année scolaire de CM2, une activité associant écoliers et collégiens (couplage de classes) autour d’une activité commune (projet de lecture et/ou d’écriture ; défi technologique, langue étrangère, concours mathématiques, compétitions EPS…) f.Utiliser les modules d’aide spécifique en SEGPA comme moments de remédiation et d’adaptation au collège.

2.offrir aux élèves des projets pédagogiques diversifiées, adaptés à leurs profils particuliers

a.En classe de sixième, aligner sur une heure hebdomadaire deux ou trois divisions. Pendant les premières semaines, cette heure est utilisée pour mettre en œuvre des PPRE de passage pour les élèves signalés par les professeurs des écoles comme relevant de ce dispositif. Ensuite, (de novembre à juin) cette heure sera l’occasion de constituer des groupes modulables, changeant à chaque période de vacances, réunissant cette fois tous les élèves, autour d’activités diverses. Un peu sur le modèle des IDD, ces activités, construites autour de projets, visent l’acquisition de compétences précises, définies en concertation, et reposant prioritairement sur les compétences de maîtrise de la langue, qui peuvent différer selon chaque élève. Ce dispositif se fera en alignant des demi-classes, pendant que les autres travailleront avec leur professeur de français, essentiellement autour d’activités liées à l’oral. b.Encourager des projets transversaux de classe qui favorisent un investissement plus grand des élèves en offrant la possibilité d’une culture commune. Comédie musicale, semaines à thèmes, « Comenius », activités pluridisciplinaires autour de l’histoire des arts, travail autour des arts de la représentation (théâtre…) constituent quelques exemples possibles. En SEGPA, par exemple, on s’attachera à faire un lien entre les activités concrètes (ateliers) et les concepts abstraits c.Offrir aux élèves qui le souhaitent une classe bilangue anglais/allemand, pour répondre à l’éventuelle curiosité de certains pour les langues et les civilisations étrangères.

3.proposer des moyens divers pour répondre à différentes difficultés éventuelles

a.Utiliser au mieux l’accompagnement éducatif : Proposer aux parents des élèves en difficulté ponctuelle ou plus durable ce dispositif dans le cadre de PPRE. Utiliser plus fréquemment qu’aujourd’hui les temps d’assistants pédagogiques. Essayer d’offrir une diversité de forme de cet accompagnement chaque jour (surtout aide au travail, mais aussi activités culturelles, sportives et linguistiques). Surtout formaliser les objectifs pour chaque participant sur un document à disposition de tous, suivi par le professeur principal. b.Dans les classes de 3ème, essayer de maintenir une demi-heure supplémentaire à disposition des enseignants de français, mathématiques et histoire géographie, afin que puissent être organisées des activités diversifiées (en particulier des travaux sur documents, des exercices mettant en oeuvre davantage l’oral…) et dans le but de favoriser la réussite au DNB c.En SEGPA, adapter les activités aux besoins particuliers des élèves en déterminant les critères d’exigence pour évaluer la réussite. Pour cela utiliser les possibilités qu’offrent les technologies nouvelles ; éventuellement, banaliser une fois par trimestre une demi-journée autour d’un thème, prétexte à travailler sur une compétence (« maîtrise de la langue » ou « principaux éléments de culture mathématiques, scientifiques ou technologiques ») d.Assurer l’intégration scolaire des jeunes nouvellement arrivés en France par un enseignement de FLE, modulable, et par l’intégration dans les classes du collège e.Offrir la possibilité aux élèves décrocheurs de bénéficier d’une classe relais (pour des groupes de 5 à 8 élèves) ayant pour objectif de retravailler leur motivation et de redonner un sens à leur scolarisation f.De la 5ème à la 3ème, essayer dans toute la mesure du possible de constituer des groupes (3 groupes pour deux classes) en SVT, sciences physiques et technologie, afin de permettre une pédagogie où les élèves agissent (expériences, autonomie, travail à 2 ou 3…) qui valorise des qualités différentes de celles qui sont souvent mises en œuvre dans d’autres disciplines.

Indicateurs d’évaluation : a.Mesure des élèves en décrochage scolaire b.Taux de redoublement aux différents niveaux c.Taux de réussite au DNB, CFG et DELF d.Qualité et quantité des actions de liaison école/collège e.Taux de participation à l’accompagnement éducatif f.Taux de maîtrise du socle commun

Axe 2 : Veiller à ce que les élèves bénéficient d’un parcours de formation éclairé et en accord avec leurs possibilités

1.Construire progressivement un parcours (parcours de découverte des métiers et des formations) et le garder en mémoire. Pour cela on aide le collégien à : a.apprendre à découvrir les métiers : objectif principal de la 5ème, ce travail doit se poursuivre dans les deux années suivantes. Dans ce but et pour bien faire apparaître la cohérence entre le travail scolaire du moment et le parcours de l’élève, les différentes disciplines se fixent pour objectif de construire au moins une séquence annuelle en 5ème sur les métiers. Les enseignants peuvent s’aider d’une banque de documents à disposition sur le réseau pédagogique. Bien sûr le CDI, la COP, apportent leurs compétences spécifiques. Une attention particulière est portée sur la correction des stéréotypes (image du travail manuel, métiers « difficiles » ou « faciles », pour hommes ou pour femmes…). Chaque élève, dès la 5ème conserve le fruit des ses travaux et recherches dans un passeport orientation formation (Web classeur). Le professeur principal profite des heures « vie de classe » pour suivre avec les élèves ce parcours. b.Découvrir les voies de formation (à partir de la 4ème) : avec l’aide de la COP et du professeur principal, l’élève s’informe sur les poursuites d’études après le collège : visites d’établissement de formation, participation aux portes ouvertes, pour certains, stages individuels favorisant le lien entre le cursus scolaire et les métiers c.Entreprendre de manière positive une démarche de choix de poursuite d’études en 3ème Pour cela on met à disposition du jeune des occasions de participer à un carrefour des métiers, de rencontrer des proviseurs de lycées généraux ou professionnels, des personnels de CFA, d’envisager une mobilité géographique quand elle est nécessaire… Un stage d’une semaine est organisé, qui a pour objectif de découvrir le monde économique.

2.Favoriser les activités porteuses de sens :

a.offrir aux 3ème la possibilité de suivre l’option « découverte professionnelle 3 heures ». Construit autour d’un projet « fil rouge », cet enseignement est l’occasion de travailler en interdisciplinarité au développement de l’autonomie, en s’appuyant sur la découverte de métiers, d’entreprises d’activités économiques, et en approchant les formations de tous niveaux qui en permettent l’accès. Il aboutit à une ou plusieurs productions, motivantes et sources d’acquisitions de compétences diverses. Présentée au 4ème, cette option qui ne peut être offerte à tous, est choisie par ceux qui sont le plus motivés, indépendamment de leurs résultats scolaires. b.Ouvrir une classe DP6 pour les élèves du collège P.Eluard ou de collèges environnants. Cette classe s’adresse à une 20 élèves peu motivés par l’enseignement général, dont le projet est clairement de poursuivre leur scolarité en LP (ou en formation par alternance). Il comporte une découverte de différents champs professionnels, et utilise pour cela le plateau technique de la SEGPA et les compétences des professeurs d’enseignement professionnel, en complétant avec les LP de l’agglomération. c.Lors de l’année de troisième, au cours du travail d’élaboration du projet d’orientation des élèves, il est proposé à certains, de manière ponctuelle, de suivre des stages en lycées professionnel, afin qu’ils puissent confirmer (on non) des choix . d.En SEGPA, construire un rapport de stage mettant en lien l’expérience professionnelle et les compétences réelles de l’élève dans l’objectif de définir son projet professionnel.

3.Individualiser au maximum le suivi des projets : a.réaliser pour chaque élève de 3ème , au moins une fois par an, un entretien individuel d’orientation. Cet entretien pourra se faire avec les parents lors d’une réunion de remise des bulletins (élève/parents/professeur principal) pour les situations les moins complexes. Chaque 3ème (c’est un objectif) doit rencontrer au moins une fois la COP. Pour certaines situations, des demi-journées sont organisées avec le principal, le professeur principal et des élèves (et leurs parents quand c’est possible) pour un entretien un peu plus long et approfondi sur le projet. b.Mettre en œuvre un tutorat pour tous les élèves de 3ème DP6, avec les enseignants de la classe, qui permette un suivi plus complet (rencontres régulières avec travail sur le projet, l’adéquation entre le projet et les résultats scolaires, la préparation des stages, visites sur les lieux de stages…). Ce principe du tutorat peut être pratiqué pour quelques élèves d’autres classes quand cela s’avère nécessaire et possible. c.Construire en SEGPA un projet individuel de formation et un livret de compétences en lien avec le socle.

4Suivre les cohortes d’élèves sur trois ans, pour connaître les réussites et les échecs, éléments utiles pour les équipes pédagogiques et la motivation des élèves : (ce travail se fait en coordination avec les lycées du secteur. Il ne sera possible sur les autres établissements que sur une année, en dehors des cohortes de SEGPA, qu’on s’efforce de suivre sur 3 ans quelles que soient les orientations)

Evaluation : a.Taux de passage en 2nde GT (objectif : se rapprocher de la moyenne académique) b.Taux de passage en 2nde Professionnelle c.Taux de passage en 1ère à n+1 d.Pourcentage de passage en 2nde pro et en CAP pour DP6et SEGPA e.Pourcentage d’élèves non affectés à l’issue de la scolarité au collège

Axe 3 : offrir des conditions de vie au collège, favorables au développement harmonieux de chacun

1.Ouvrir nos élèves au monde culturel et artistique :

a.encourager la mise en place d’ateliers ou d’activités permettant la découverte du monde culturel (musique, chorale, orchestre, arts plastiques, cinéma, théâtre, activités scientifiques et technologiques, linguistiques…) ou créer des classes à PAC, cela en plus de l’enseignement de l’histoire des arts. b.développer une identité et une culture européennes, voire internationales : prolongement ou réactivation de projets Comenius, voyages linguistiques par roulement, utilisation des nouvelles technologies (e-learning…), pour tous les élèves, sans oublier les élèves de SEGPA. c.Favoriser la pratique sportive, en tentant de valoriser les activités proposées à l’AS (présentation en 6ème, variété et souplesse dans les sports proposés, tentative de rendre financièrement abordables les licences, développement de partenariats avec des associations…) d.Promouvoir, à l’intérieur d’un programme annuel d’actions et sorties pédagogiques la découverte de pratiques culturelles éloignées des habitudes de la plupart de nos élèves (théâtre, musées, lieux historiques, organisation d’une grande ville…). En veillant à ce que la participation soit la plus faible possible, donc en limitant légèrement le nombre de sorties et voyages, et en étant attentif à un roulement qui offre des possibilités à tous au moins une fois dans leur scolarité au collège, ce programme annuel tentera d’atteindre un objectif d’équité maximal.

2.éduquer les élèves à la citoyenneté : (dans le cadre du CESC)

a.valoriser la fonction de délégués de classe : prévoir une petite campagne électorale, qui permette aussi de bien préciser sur quels critères on choisit les délégués, les attentes qu’on peut avoir du délégué, rappeler les droits et les devoirs de cette fonction ; une fois les élections réalisées, organiser une formation des délégués, si possible en associant quelques parents à ce travail, réaliser à cette occasion une sorte de charte du délégué, une fois par trimestre prévoir une réunion de délégués pour discuter de toutes les questions de la vie au collège, les inviter à certaines formations (sécurité) ou activités (commissions menu) qui les distinguent un peu, les réunir avant les conseils de classe pour rappeler le fonctionnement de cette instance (idem pour les élus au CA) b.inciter, dans le cadre des heures « vie de classe » (ponctuellement) ou des réunions de délégués, ou encore à l’intérieur de clubs, à la prise de connaissance de l’actualité (utilisation possible de journaux pour la jeunesse au CDI, ou d’Internet) et au débat sur cette actualité. c.Mener systématiquement des actions de prévention contre la violence : journées des associations (rencontres des 4ème avec diverses associations locales), semaines « citoyennes » en SEGPA, où l’on banalise tous les cours pour les réorganiser autour de ce thème, expositions, débats sur les violences faites aux femmes, participation à la semaine contre le racisme… d.Mettre en place des actions concrètes pour le respect des personnes et des locaux du collège : présentation dans chaque classe en début d’année scolaire, de deux personnes chargées de l’entretien pour une discussion sur leur travail, ses difficultés et les moyens de les atténuer, participation de personnel d’entretien aux réunion de délégués, travaux d’intérêt général donnés aux élèves punis en association avec ces personnels… e.Associer les parents et leurs associations au fonctionnement du collège : forte incitation à participer aux élections, à se porter candidat aux différentes instances, inviter les parents pour l’organisation de moments de convivialité au collège… f.Poursuivre un projet de lutte contre toutes les discriminations : formation des adultes sur ce thème, travaux pédagogiques conçus aussi souvent que possible autour de cette question, relais de l’assistante sociale, enrichissement du fons CDI avec des documents adéquats, réflexions même sin possibles sur les stages en entreprises avec quelques employeurs, productions d’élèves mises à disposition d’autres classes, interventions et témoignages sollicités…

3.Eduquer les élèves à des comportements sains :

a.les sensibiliser à une nutrition équilibrée : prévoir des temps d’explication sur la composition des menus de la restauration scolaire, poursuivre des actions incitant à la prise d’un petit déjeuner en sixième, avec l’aide de parents et dans le restaurant scolaire, faire rayonner dans l’ensemble du collège les actions des élèves de SEGPA dans le domaine de la nutrition b.prévenir les conduites addictives (alcool, tabac, drogues…). Avec l’aide de personnels spécialisés (médecins et infirmières scolaires), d’associations, de services de l’Etat (gendarmerie, police…), construire tous les ans un planning d’interventions sur ces conduites et veiller et ce qu’il y ait un relais dans l’enseignement (préparation ou exploitation des interventions) et un relais aisé avec le service santé/social du collège. c.Informer les élèves de 3ème sur tous les moyens de garantir la maîtrise de son corps (contraception, préventions des maladies sexuellement transmissibles, respect du sexe opposé). Ce travail est mené par l’infirmière scolaire essentiellement, avec l’aide du planning familial. d.Eduquer les élèves à la régulation de leur sommeil, à l’hygiène corporel, aux gestes citoyens, au développement durable e.Augmenter au maximum les heures consacrées à la formation aux gestes de premier secours, délivrées par l’infirmière scolaire

4.lutter contre l’absentéisme : a.toujours veiller en classe à ce que les apprentissages aient du sens et par conséquent à ce que les dispositifs prévus dans les deux premiers axes soient les références auxquelles on s’attache prioritairement (donner les moyens d’avoir envie d’apprendre, quelles que soient les difficultés et les lacunes, faire prendre conscience du parcours global de chaque élève). b.Faire vivre la cellule de suivi de l’absentéisme. Cette cellule se réunit une fois par mois pour repérer les élèves en risque de décrochage (absentéisme, mal être…). Elle se compose du principal, du principal adjoint, du directeur de SEGPA, de la CPE, de l’infirmière scolaire et de l’assistante sociale. Les cas particuliers sont passés en revue et un des membres est chargé de suivre la réponse éducative à apporter (rencontre avec la famille, avec l’élève lui-même, signalement à l’Inspection académique, rendez-vous avec le médecin scolaire. Une procédure de communication sera mise au point pour que les professeurs principaux puissent à la fois signaler des situations et connaître le type de réponse qui a été choisi.

5.utiliser au mieux les punitions et les sanctions dans un but éducatif :

Tous les membres de l’équipe éducative, travaillant en cohérence totale entre eux, veillent à bien utiliser l’échelle des punitions et des sanctions telle qu’elle figure au règlement intérieur, dans son ensemble. Il est important que les élèves n’aient jamais le sentiment que certains jouissent d’une certaine impunité. En cas d’exclusion internée, les élèves devront effectuer, le cas échéant, des tâches d’intérêt général et des devoirs proposés par les enseignants de la classe. Ces devoirs seront effectivement corrigés. Après ces mesures, l’élève sera reçu pour un entretien destiné à vérifier que la sanction a été comprise (principal adjoint, CPE ou professeur principal) La commission de vie scolaire peut être réunie pour toute situation complexe impliquant des indisciplines répétées ou des comportements gravement fautifs. Le conseil de discipline est aussi utilisé, même s’il ne prononce pas systématiquement d’exclusion définitive, afin que le côté solennel de cette instance aide à la prise de conscience de la gravité de la situation.

Evaluation :

a.Taux d’absentéisme et évolution de ce taux b.Nombre de sanctions et évolution c.Implication des équipes et des élèves dans les actions du CESC d.Nombre d’élèves titulaires du diplôme de premiers secours e.Nombre d’élèves inscrits à l’AS f.Nombres d’élèves concernés par un projet particulier (Comenius, classe à PAC, etc.)